Jusqu'à présent les développeurs utilisés très modérément la technologie d’Adobe Flash car les robots des moteurs de recherche et annuaires ne réussissait pas à lire le contenu des éléments en flashs. Ce problème ce pose aussi avec les concurrents de flash comme Silverlight de Microsoft ou encore les applets java. Pour contourner ce problème et donc pouvoir utiliser la technologie tout en étant visible, la solution est de créer les pages en double comportant le contenu en texte issu des flashs.

Le problème est résolu. En effet, Adobe vient de fournir à Google et à Yahoo une version spéciale de son logiciel. Les algorithmes arrivent désormais à lire le contenu des éléments en flash qu’il soit statique ou dynamique de même pour les adresse URL intégrées. Les robots de Google sont déjà prêts, chez Yahoo l’intégration est en cours.

Google précise ainsi que seuls les fichiers SWF sont indexés, les fichiers FLV utilisés pour la diffusion vidéo sous Flash ne sont eux pas indexés. Idem pour les textes contenus dans les images d'un Flash et les textes dits bidirectionnels. Les fichiers chargés par une commande Javascript ne sont pas non plus pris en compte par les robots.

Sans oublier que de nombreux développeurs restent fidele aux logiciels open source et continueront d’utiliser le subterfuge des pages fantômes.